L’ail (Allium sativum) appartient à la famille botanique des liliacées ou (alliacées). Cette plante est consommée depuis des millénaires.

En effet, l’ail est connu depuis l’Antiquité pour sa protection contre les maladies. En Égypte, il était distribué gratuitement avec du pain, aux bâtisseurs des pyramides. Il a été également retrouvé sur les sarcophages des pyramides où il aidait le défunt à effectuer son voyage dans l’au-delà.

Dans la Grèce Antique, il était appelé la “rose puante” mais reconnu par Hippocrate, entre autres, pour ses vertus médicinales.

Sa culture se déroule au printemps et à l’automne.

L’ail en Naturopathie

L’ail diminue la tension artérielle grâce à l’action de l’Allyl méthyl thioéther qui dilate les vaisseaux sanguins. Ce dernier fluidifie le sang en empêchant l’agrégation des plaquettes réduisant ainsi le risque de voir des caillots sanguins se former et contribue ainsi à la prévention de l’infarctus du myocarde.

L’ail a un effet antioxydant protégeant les cellules des radicaux libres. Il prévient ainsi les maladies cardio-vasculaires.

L’ail diminue les taux plasmiques de cholestérol et favorise la digestion.

Ce condiment possède de nombreux nutriments comme la vitamine A, C, les vitamines B, magnésium, calcium…. et des composés soufrés comme l’aliine ainsi que des oligo-éléments (Cuivre, Fer, Zinc…).

L’ail est un antibiotique naturel, un antifongique et a des propriétés antimicrobiennes. Un de ses composants est l’allicine, un puissant antimicrobien.

Quant à l’huile d’ail, elle peut être appliquée sur des blessures infectées. Cette huile les guérit.

De nombreuses recettes existent dans la cuisine méditerranéenne avec l’ail comme la soupe à l’ail, tomates à la provençale, ratatouille …

Dans le même thème

Laisser un commentaire