Tout savoir sur l’intolérance au lactose
Tout savoir sur l’intolérance au lactose

Mal au ventre ou ballonnements, flatulences, douleurs abdominales, diarrhées traduisent l’incapacité de l’organisme à digérer le sucre contenu dans le lait par déficit d’une enzyme, la lactase. Celle-ci ne digère plus le lactose qui se retrouve au niveau de l’intestin où il fermente. Cela entraîne des symptômes digestifs inconfortables, mais sans complication possible, contrairement à une allergie? Vous suspectez une intolérance au lactose? Voila Ce qu’il faut savoir !
Le lactose est le principal sucre du lait. On ne le trouve  que dans le lait et ses produits dérivés.

Le lactose est composé de deux molécules, une de glucose et une de galactose et il nécessite une enzyme « la lactase » pour être digéré.
Les personnes qui souffrent d’intolérance au lactose ne produisent alors plus assez de lactase. En cas d’intolérance au lactose, celui-ci n’est pas digéré et descend dans le colon (gros intestin) où il est fermenté par des bactéries. Ce processus provoque la production de gaz et un appel d’eau dans le gros intestin, ce qui entraîne une accélération du transit intestinal avec diarrhées, gaz et douleurs.

Intolérance au lactose: les signes

Quand l’organisme ne produit plus assez de lactase, la digestion du lactose se fait mal et ces symptômes varient d’un individu à l’autre. Ils apparaissent le plus souvent entre 30 minutes et 2 heures après l’ingestion de la nourriture contenant le lactose. Ils sont :

  • Sensation de ballonnement;
  • Crampes abdominales;
  • Diarrhée;
  • Nausées;
  • Vomissements;
  • Gaz;
  • Des maux de tête;
  • Une fatigue, des douleurs musculaires et articulaires, etc.

L’intolérance au lactose : Les causes

Les causes peuvent être différentes, selon qu’il s’agisse d’hypolactasie (déficit en lactase) primaire ou secondaire :

  • Le déficit en lactase primaire se traduit par une diminution progressive de la production de la lactase dans l’intestin grêle. Il peut se manifester dès l’enfance, en général à partir de la diversification alimentaire mais il se développe souvent avec l’âge et il touche une grande partie de la population adulte, à divers degrés. le seuil de tolérance est cependant assez élevé pour qu’une consommation raisonnable de produits laitiers (c’est-à-dire un bol de lait) ne génère aucun symptôme digestif.
  • La cause d’un déficit en lactase secondaire est généralement due à une inflammation intestinale sévère qui altère les fonctions de l’intestin grêle, siège de la production de lactase. Les causes de ses inflammations sont variées :
    • Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (maladie de Crohn, colite ulcéreuse) sont souvent diagnostiquées à l’âge adulte et sont caractérisées par des phases d’activité plus ou moins intenses (crises ou poussées) qui peuvent nécessiter un « régime » entre autre sans lactose.
    • Certains traitements (antibiothérapie, radiothérapie, chirurgie) peuvent altérer la fonctionnalité de l’intestin grêle et diminuer voire stopper la production de lactase.
    • Une consommation durable et abusive d’alcool peut aussi provoquer une hypolactasie.

L’intolérance au lactose- allergie

L’intolérance au lactose ne doit pas être confondue avec l’allergie aux protéines de lait, bien plus rare et plus grave.

Cette intolérance n’est pas dangereuse mais source d’inconfort avec des symptômes qui s’en vont rapidement mais réapparaisse aussi très vite. Alors que l’allergie provoque des symptômes digestifs (douleurs abdominales, vomissements, diarrhée), mais aussi respiratoires (congestion nasale, toux, éternuements), et dermatologiques (urticaire, eczéma).

Donc, l’intolérance au lactose n’entraîne pas de risque de complications, contrairement à l’allergie aux protéines de lait

Dans le même thème

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire