Qu’est-ce que la grippe A, et quelles sont ses causes ?
Parfois appelée influenza ou grippe saisonnière, la grippe A est provoquée par le virus H1N1. Cette forme de grippe peut affecter les humains et les animaux tels que les oiseaux (grippe aviaire), les porcs (grippe porcine) et les chevaux (grippe équine). Très contagieuse, elle peut entraîner des épidémies comme en 2009. Le virus se transmet d’un animal à une personne, ou d’une personne à une autre, par contact direct ou indirect : toux, éternuements, postillons, crachats… Le virus se trouve parfois dans un lieu public, par exemple sur une poignée de porte, et pénètre dans l’organisme par les yeux ou la bouche lorsque le sujet se frotte les yeux ou porte sa main à sa bouche.

Quels sont les symptômes de la grippe A ?
Une fois dans l’organisme, le virus H1N1 gagne les voies respiratoires. La période d’incubation, située entre la contraction du virus et l’apparition des premiers signes cliniques, oscille entre 24 heures et 7 jours.
La grippe A se manifeste surtout par :

une toux ;
des maux de gorge ;
de la fièvre ;
une grande fatigue ;
des frissons et des tremblements ;
des maux de tête ;
une perte de poids et un manque d’appétit ;
des troubles digestifs (nausées, vomissements).
Si la maladie n’est pas prise en charge, elle peut entraîner des complications telles qu’une insuffisance respiratoire ou une pneumonie.

Grippe A : quelles sont les populations à risque ?
Le risque de contagion est particulièrement élevé chez les enfants, les adolescents et les personnes dont le système immunitaire est affaibli (infectés au VIH, hémophiles, patients transplantés ou qui suivent un traitement immunosuppresseur). Les diabétiques, les personnes atteintes d’insuffisance rénale et les femmes enceintes sont également davantage exposés au virus H1N1. En revanche, les personnes de plus de 60 ans semblent davantage protégées contre la grippe A, car leur organisme sait comment réagir face à ce type de virus.

Comment diagnostiquer la grippe A ?
L’observation clinique et le récit du patient permettent généralement au médecin d’orienter son diagnostic. En cas de complications ou si le malade souffre d’une autre maladie, des examens complémentaires peuvent être indiqués, notamment un bilan sanguin. Une biopsie est parfois réalisée. On prélève des sécrétions du nez ou de la gorge afin de les analyser au microscope et de confirmer la présence du virus.

Quels sont les traitements proposés contre la grippe A ?
Le traitement de la grippe A repose sur l’administration d’antiviraux par voie orale. Côté prévention, il existe un vaccin contre la grippe qui protège du virus H1N1. Avec un taux d’efficacité de près de 90%, ce vaccin s’injecte en une seule fois avant la période hivernale, lorsque les virus grippaux commencent à circuler.

Dans le même thème

Laisser un commentaire